Avant même le rachat d'Oculus par Facebook, Brendan Iribe, le CEO de la startup déclarait que la simulation des mains était une préoccupation majeure chez Oculus. Leap Motion et son célèbre capteur des mains, pensait avoir trouvé un débouché pour sa technologie en se fixant directement sur le Rift. Pourtant, c'est Nimble VR, son concurrent direct, qui rejoint les équipes d'Oculus VR.

Nimble VR avait mis son capteur Nimble Sense sur Kickstarter et ne faisait pas mystère d'avoir pour cible Leap Motion. Ci-après, une vidéo qui trônait dans la fiche d'appel à contributions de Nimble VR ; un comparatif des performances des deux capteurs. Certains le disait un peu biaisé, à cause d'un position avantageuse du capteur Nimble. On verra plus tard que les deux technologies diffèrent.

Ce qui est intéressant, c'est que ni Leap Motion, ni 3Gear Systems — l'ancien nom de Nimble VR —, ne se destinaient à la réalité virtuelle. Il s'agissait plutôt d'une solution devant clavier, pour interfacer les mains dans l'écran et remplacer la souris dans certaines conditions. Les usages restaient toutefois un peu nébuleux.

Leap Motion est sorti un peu avant l'Oculus Rift, avec un succès d'estime mais sans commune mesure avec l'impact du Rift sur la technosphère. Pour surfer sur le phénomène, les fondateurs de Leap Motion ont imaginé arrimer le capteur sur le casque et ont ouvert un onglet VR sur leur site pour soutenir les développeurs. Bonne pioche : de nombreuses vidéos ont circulé sur le web, démontrant les capacités du couple Rift + Leap Motion.

Malheureusement, l'arrivée de Nimble VR chez Oculus est un coup dur pour Leap Motion, même s'il n'y a pas de raison qu'ils renoncent immédiatement à équiper le Rift – ou la concurrence –. Le choix d'Oculus a sans doute été motivé par le désir de développer une solution-maison et peut-être que Nimble VR, encore sur un site de financement, était une proie facile.

D'ailleurs la demande de financement kickstarter pour Nimble Sense a été annulée dès l'annonce du "rachat' par Oculus — les backers* vont être ravis —. On ne connait pas — encore — les termes qui ont présidé à cet accord.

Deuxième point, la technologie de Nimble Sense est apparemment plus efficace que celle de Leap Motion. La différence entre les deux capteurs est la même que celle qui sépare la première génération de Kinect de la seconde. Très schématiquement, Leap Motion envoie un motif par infrarouge et la caméra analyse les déformations de ce motif – structured light – ; le capteur Nimble Sense, lui, envoie un flash et détermine la distance de vol du signal lumineux – time of flight –. A noter que rien n'empêche à cette technologie de servir à la capture d'autres éléments du corps.

Voici la traduction de l'annonce officielle d'Oculus :

Aujourd’hui, nous sommes heureux d’accueillir trois acteurs-clé de l’acquisition visuelle par ordinateur.

Nimble VR (anciennement 3Gear Systems)

Nimble VR a été fondé en 2012 par Rob Wang, Chris Twigg et Kenrick Kin. Depuis, ils ont travaillé sur le machine learning et une technique de capture du squelette des mains, avec une latence faible, qui a le potentiel de contribuer à une expérience de réalité virtuelle réussie pour l’utilisateur.

A noter que les deux autres pourraient faire également d'un article à part entière ; 13th Lab et Chris Bregler sont respectivement des spécialistes de la reconstruction 3D en temps réel et de la motion capture. Oculus semble s'intéresser de près à ce que l'on va mettre au bout des lunettes.

Enfin, si on veut vraiment lire entre les lignes, l'équipe du 13th Lab annonce sur sa page web : "Nous rejoignons l'équipe Oculus chez Facebook", le réseau social se fait de moins en moins discret sur son implication dans Oculus. Surtout depuis que Google lui a déclaré la guerre avec l'acquisition de Magic Leap et l'offensive de plus en plus appuyée du Google Cardboard — plus de 500 000 exemplaires expédiés —.

* On appelle backers ceux qui soutiennent un projet sur un site de financement participatif.

Comment